Dan-Sha-Ri

Dan-Sha-Ri…

Et si le rangement était un art ? 

 

Régulièrement dans l’année, je me dis :

« il faut que je range ma penderie »,

« j’ai plus de place dans ma bibliothèque, il faudrait que je fasse un peu le tri dans mes livres… »,

« Ma vaisselle est dépareillée, ce serait bien que je range un peu et élimine ce qui encombre mes tiroirs… ». Etc…

 

Ces messages ont tous un caractère de

« il faut », et représentent par conséquent une obligation ou une contrainte.

C’est bien connu ces deux petits mots n’ont jamais donné du courage et ont plutôt aidé à la procrastination.  

 

Et si le rangement était un art ? 

 

Wikipédia donne cette définition de l’art :

« L’art est une activité humaine, le produit de cette activité ou l'idée que l'on s'en fait s'adressant délibérément aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l'intellect. On peut dire que l'art est le propre de l'humain, et que cette activité n'a pas de fonction pratique définie. »

 

Dan-Sha-Ri est une méthode japonaise

qui explique l’art du rangement. 

 

Dan signifie refuser, dire non à l’intrusion de nouveaux objets inutiles dans ma vie. 

 

Sha signifie se débarrasser des objets qui chargent ma maison

Les répétions DAN et SHA permettent d’atteindre le RI.

 

Ri signifie se détacher. Renoncer à l’attachement aux objets, aux choses.

Mon Moi se retrouve alors dans un confortable espace de liberté en totale adéquation avec moi-même.

 

Tout d’abord, je remarque combien ce mot a une résonnance vibratoire forte. J’ai fait l’expérience ces derniers jours d’en parler autour de moi. Lorsque je prononce le mot Dan-Sha-Ri mes interlocuteurs deviennent attentifs et curieux.  

 

Pour comprendre cet art, je porte un regard neuf sur les objets encombrants qui partage mon quotidien et je m’interroge sur mes liens d’attachement.

Les réponses à ce questionnement  me permettent l’élimination de ce qui est gênant pour mon Moi actuel.

Et de dire adieu au désordre dans ma maison et dans mon cœur. Effectivement, ranger le monde visible ouvre les possibilités d’exercer une influence sur le monde invisible. 

 

Et si depuis toutes ces années je m’étais enfermé(é) dans un bocal ?

 

Alors Dan-Sha-Ri va m’aider à soulever le couvercle de ce bocal qui comprime toute la force imminente et insoupçonnée qui est en moi afin que je retrouve mon Moi originel.

Cet art est d’une simplicité à toute épreuve.

 

A partir d’aujourd’hui mon leitmotiv est : 

« Cet objet, ce vêtement, cette vaisselle… ou toute autre chose me convient-il réellement aujourd’hui ? »

 

Voilà, la petite phrase magique qui va nourrir mon cœur et mon âme !

 

Je me focalise sur la relation qui me lie, aujourd’hui, à cet objet.

 

Est-il indispensable, voire crucial, pour que je m’accomplisse aujourd’hui ?  

 

Dans cet art, le sujet est JE et le temps est MAINTENANT. 

 

En effet, combien de fois ai-je pu dire

« je n’ai rien à  me mettre alors » que mes placards débordent ?

Que font mes jolis verres en cristal dans le bahut alors que je me sers d’une vaisselle achetée en promotion ?  

Une multitude d’exemples vient confirmer que j’ai accumulé beaucoup de choses et parfois je ne me souviens même plus que j’aie ceci ou cela dans ma demeure !

 

 

Dans notre société, nous avons une tendance à l’addition, à une succession d’additions.

 

J’achète un vêtement, puis un autre et encore…

Et j’additionne tout…

Le nombre de pantalons, de chandails, de chemises, de verres, de couverts….

Ne suis-je pas reconnu(e) dans cette société par le nombre de mes possessions ? 

 

Parfois même, lors d’un tri, je peux faire des cartons de vêtements trop petits que je vais garder pour le jour hypothétique où j’aurai perdu du poids. 

Parfois, je n’aime pas le gâchis et dans ma tête une petite voix me répète

« c’est tout neuf », « çà peut encore servir, on ne sait jamais ! »… 

Parfois, je vais garder un objet car il a un lien fort avec un heureux souvenir.  

 

Et la soustraction arrive rarement, et surtout lors d’un déménagement, d’un changement de vie et, de temps en temps, lors d’un tri saisonnier.

 

 

Principe de base du Dan-Sha-Ri : 

 

- Utiliser mon nouveau leitmotiv chaque fois que je souhaite acheter un objet.

 

- Maintenir mon lieu de vie revigorant et équilibré pour qu’il devienne mon espacé sacré.

 

- Trouver le bon équilibre de vie entre l’addition et la soustraction.

 

- Créer un lien entre chaque objet et mon Moi.

 

 

 

Objectif de base du Dan-Sha-Ri 

 

- Dans la relation avec l’objet, c’est Moi le sujet.  

 

- Lorsque je mets Dan-Sha-Ri dans ma vie je ne fais plus le ménage, j’entretiens des relations.

 

- Je redécouvre mon vrai moi et crée un espace sacré dans lequel je vis.

 

- Cet art est un perpétuel renouveau et le mouvement et la circulation sont perpétuels dans l’espace et le temps. 

 

- J’apprends progressivement l’art du détachement. 

 

Premier exercice : 

Cette semaine je commence le Dan-Sha-Ri dans un tiroir...

Juste un petit tiroir…

Pour chaque objet dans ce tiroir, je répète mon nouveau leitmotiv et je ne laisse dans le tiroir que ce qui est indispensable pour moi aujourd’hui ! 

 

Noter vos impressions. 

 

 

La pratique du DAN (refuser) et du SHA (trier, jeter) me conduira à un état de détachement des liens qui m’unissaient aux objets à un sentiment de légèreté et de liberté qui est appelé RI.

LogoKAMSARA

Geisha

Isha

Nous retrouver sur

Reikilibre Auvergne

Un chemin de mille lieues commence toujours par un pas Lao Tseu

 

Si vous aimez... Partagez !

La bougie ne perd rien de sa lumière en la communiquant à une autre bougie.

proverbe japonais

 

Oeil pour oeil et dent pour dent, ne font que des aveugles et des édentés...

Gandhi 

Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde.

Bouddha

Pour voler avec les aigles, il faut arreter de nager avec les canards.

Eker 

L'éternité tient sur le cadran d'une montre.

JC Tardif

S'il suffisait de s'asseoir jambes repliées pour méditer, toutes les grenouilles seraint des Bouddhas

Proverbe zen

 

Avec un coeur résolu, une souris peut soulever un éléphant.

Proverbe tibétain

Il vaut mieux avoir vécu vingt-cinq jours comme un tigre qu'un millènaire comme un mouton.

Proverbe tibétain

Personne n'est né sous une mauvaise étoile, il y a juste des gens qui ne savent pas lire le ciel.

Dalaï Lama